Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 juillet 2005

Le dégoût de soi

Le contentement de soi peut être cause d'insomnie. Le dégoût de soi aide à trouver le sommeil.

09:50 Publié dans Médication | Lien permanent | Tags : maximes, sentences

Le dernier racisme

La solidarité entre humains est un racisme non encore condamné.

02:05 Publié dans Genres | Lien permanent | Tags : sentences

La vertu de la peur

La peur n'est pas sans vertu : elle est un remède à l'inconscience, à l'ennui et à la constipation.

02:00 Publié dans Médication | Lien permanent | Tags : maximes, sentences

vendredi, 29 juillet 2005

Ce qu'elle sait

La femme au lit se donne, l’homme aussi qui croit seulement prendre. S’il ne le sait pas, elle le sait.

00:23 Publié dans Eros | Lien permanent | Tags : sentences

Le but et non un fait

La supériorité de la femme sur l’homme n’est pas un fait, c’est le but de la civilisation.

00:20 Publié dans Genres | Lien permanent | Tags : sentences

jeudi, 28 juillet 2005

Egalité et différences entre les sexes

Il y a la bêtise en général, il y a aussi une bêtise propre à chaque sexe. La bêtise masculine, liée à la virilité, doit tout ou presque à la nature. La bêtise féminine, elle, est plus incertaine : vient-elle de la nature ou de la culture ? Celle-ci a peut-être une aussi grande part que celle-là. La culture, en même temps qu’elle élève les femmes (comme les hommes), les abêtit parfois. Quand elle affaiblit les hommes.

09:50 Publié dans Genres | Lien permanent

mercredi, 27 juillet 2005

La résurrection des corps

On espère une vie après la mort parce qu’on s’imagine vivre éternellement dans le corps de ses vingt ans. Et si c’était dans celui de ses quatre-vingts ?

00:30 Publié dans Blasphème | Lien permanent | Tags : sentences

mardi, 26 juillet 2005

Le paradoxe salvateur

Le catastrophisme masqué en joie est entre la vaine provocation et l’extrême lucidité. Le paradoxe n'est pas seulement l'instrument de la provocation, il remplit aussi une fonction psychologique : il est un remède contre la dépression. Le jour où l'esprit n'est plus capable de paradoxe, il tombe dans le plus noir désespoir.

11:15 Publié dans Médication | Lien permanent

lundi, 25 juillet 2005

La ruse de la démocratie

Il y a une ruse conservatrice de la démocratie : le peuple est naturellement conservateur, et lorsqu’il devient plus progressiste, il reste conservateur de ses droits.

15:15 Publié dans Politie | Lien permanent | Tags : sentences, conservatisme

dimanche, 24 juillet 2005

La pause de Dieu

Torquemada et Savonarole sont morts la même année - 1498. Cette année-là, Dieu a décidé de faire une pause.

16:39 Publié dans Gloria | Lien permanent

Quel esprit du sport ?

Le sport est un succédané de la vie sauvage.

11:20 Publié dans Succédanés | Lien permanent | Tags : sentences

vendredi, 22 juillet 2005

Ce qu'est l'amour

L’amour est un concours de gonflette entre un galbe et une turgescence.

11:25 Publié dans Eros | Lien permanent | Tags : sentences

La dernière vision de l'Occident

"La vision de tous ces hommes appliqués à maintenir l'Homme qui leur permet de surmonter la pensée et de vivre, tandis que le monde sur lequel il règne leur devient, de jour en jour, plus étranger, est sans doute la dernière vision que j'emporterai de l'Occident."

André Malraux, La Tentation de l'Occident.

00:35 Publié dans Jeu de massacre | Lien permanent

jeudi, 21 juillet 2005

Portrait à la diable

L’officier uhlan aime le noir. Il le porte en toutes circonstances, à la parade comme à la guerre. Il l’agrémente parfois de blanc, de rouge et d’or. A la guerre, il a des manières de Hun. Il est brave, rapide, sans pitié. Mais c’est un faux barbare qui a appris la barbarie à l’école des cadets. Il reste un garçon d’excellente famille. Le salon est son élément naturel. Il se fond parmi les élégants, brille facilement, fait le joli cœur. Il est un excellent cavalier avec les dames. Il lui faut croiser un rival pour se rappeler qu’il est un homme de guerre. Alors il devient mauvais, brutal et peut entraîner le rival au duel. Mais le duel, il le pratique volontiers à cheval. S’il peut tuer, il n’aime pas se salir. Pour cela, le uhlan ne se distingue ni du hussard ni du dragon.

13:15 Publié dans Incipit | Lien permanent

mercredi, 20 juillet 2005

Uhlan sans élision

L’uhlan ou le uhlan ? La langue française ne fait pas d’élision ici. A la règle de l’élision, elle semble préférer celle de l’euphonie. En vérité, elle a eu longtemps un autre souci : celui de rapprocher, à des fins politiques, le uhlan du hululement. Au XIXe siècle, le mot s’écrivait houlan en français. Si la langue savante lui a redonné son orthographe germanique, elle a conservé la grammaire des écrivains patriotes.

17:55 Publié dans Incipit | Lien permanent

Les bonnes manières

Il y a un plaisir à être poli, mais ce n’est pas le même selon que l’on est avec des personnes polies ou impolies : avec les unes, c’est le plaisir de plaire ; avec les autres, celui de dominer.

15:05 Publié dans Diplomatie | Lien permanent | Tags : sentences

mardi, 19 juillet 2005

Carpe diem

Dans les périodes de décadence, le carpe diem est aussi un principe politique.

09:54 Publié dans Politie | Lien permanent | Tags : sentences

Le tertre de l'être

La réputation recouvre l’être comme le tertre le cadavre.

09:40 Publié dans Ultima ratio | Lien permanent | Tags : sentences

lundi, 18 juillet 2005

Le vieux rêve de l'humanité

Le temps est un rouleau compresseur qu’on rêve de conduire soi-même. Au pouvoir, ce rêve donne la dictature.

10:05 Publié dans Politie | Lien permanent | Tags : sentences

dimanche, 17 juillet 2005

L'autre viagra

Nietzsche : un maître à bander devenu, entre les mains de la gauche, un maître à débander.

13:14 Publié dans Médication | Lien permanent