Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 août 2020

Péremption

Des livres déjà lus sont comme des antidépresseurs périmés.

18:16 Publié dans Médication | Lien permanent

dimanche, 22 mars 2020

La peur comme remède à la peste

La peur est à la fois l'alliée et l'ennemie de la peste. Cette dualité tient au double caractère de la peur : physique et psychologique, raisonné et irraisonné. Il n'y a pas qu'une peur réflexe, spontanée, irréfléchie ; il y a aussi une peur plus réfléchie, venue de l'esprit calculateur, prospectif et donc rationnel. Si l'une n'est pas maîtrisable et l'autre l'est, les deux peuvent être rebelles ou soumises. Mais en temps de peste, les peurs s'unifient et cette peur unique, massive devient volontiers conformiste, légitimiste et ratificatrice.

15:21 Publié dans Médication | Lien permanent

mercredi, 18 janvier 2006

Consolation

Ne croire en rien peut consoler de tout.

12:30 Publié dans Médication | Lien permanent | Tags : maximes

jeudi, 03 novembre 2005

Le vice contre l'oisiveté

L’oisiveté est la mère de tous les vices, mais le vice est encore le meilleur remède à l’oisiveté.

10:10 Publié dans Médication | Lien permanent | Tags : maximes, sentences

jeudi, 08 septembre 2005

La vanité salvatrice

La vanité nous fait perdre beaucoup de temps, mais c'est elle qui nous empêche d'abréger nos jours.

10:55 Publié dans Médication | Lien permanent | Tags : maximes, sentences

samedi, 30 juillet 2005

Le dégoût de soi

Le contentement de soi peut être cause d'insomnie. Le dégoût de soi aide à trouver le sommeil.

09:50 Publié dans Médication | Lien permanent | Tags : maximes, sentences

La vertu de la peur

La peur n'est pas sans vertu : elle est un remède à l'inconscience, à l'ennui et à la constipation.

02:00 Publié dans Médication | Lien permanent | Tags : maximes, sentences

mardi, 26 juillet 2005

Le paradoxe salvateur

Le catastrophisme masqué en joie est entre la vaine provocation et l’extrême lucidité. Le paradoxe n'est pas seulement l'instrument de la provocation, il remplit aussi une fonction psychologique : il est un remède contre la dépression. Le jour où l'esprit n'est plus capable de paradoxe, il tombe dans le plus noir désespoir.

11:15 Publié dans Médication | Lien permanent

dimanche, 17 juillet 2005

L'autre viagra

Nietzsche : un maître à bander devenu, entre les mains de la gauche, un maître à débander.

13:14 Publié dans Médication | Lien permanent