Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 06 septembre 2007

L'homme du XXIe siècle

L’homme du XXIe siècle est une petite nature qui ne supporte ni la souffrance ni l’idée de la mort. Avec son hypersensibilité, il abattra un jour les dernières barrières éthiques et consentira à toutes les manipulations génétiques. L’humanitarisme justifiera ce que l’humanisme avait interdit.

23:17 Publié dans Civilisation | Lien permanent

lundi, 21 mai 2007

Totem et tabou

Les préjugés d’hier sont les tabous d’aujourd’hui.

09:22 Publié dans Civilisation | Lien permanent | Tags : sentences

mardi, 10 avril 2007

Du bon goût

Le perfectionnement du goût passe par un approfondissement de la connaissance du passé.

16:01 Publié dans Civilisation | Lien permanent | Tags : sentences

lundi, 13 novembre 2006

L'utile et l'agréable

"Joindre l’utile à l’agréable". C’est une jolie expression qu’on entend encore et qu’on ne devrait plus entendre puisque nos contemporains cherchent au contraire à disjoindre l’utile de l’agréable, à aller à l’agréable sans passer par l’utile, ou à oublier l’utile dans l’agréable. La sexualité en est évidemment le meilleur exemple.

23:30 Publié dans Civilisation | Lien permanent

jeudi, 22 juin 2006

Solstice d'été

Les jours commencent à raccourcir dès le premier jour de l'été : belle métaphore du destin des civilisations.

12:00 Publié dans Civilisation | Lien permanent | Tags : sentences

mercredi, 26 avril 2006

Pourriture noble

La civilité est la pourriture noble de la vitalité.

15:00 Publié dans Civilisation | Lien permanent | Tags : sentences

jeudi, 06 avril 2006

Pater doloroso

Les mères remplacent les pères. Les matronymes se substituent aux patronymes. La matrie est préférée à la patrie. Que reste t-il aux pères ? L’espoir de connaître un jour la maternité.

18:00 Publié dans Civilisation | Lien permanent | Tags : sentences

vendredi, 03 février 2006

De l'importance des fréquentations

La Rochefoucauld voit le vice derrière la vertu, Vauvenargues la passion derrière la raison, Chamfort le règne de l’opinion derrière la règle sociale. Quoi de plus naturel ? Le premier a fréquenté la cour, le deuxième les casernes, le troisième les cafés.

11:00 Publié dans Civilisation | Lien permanent | Tags : moralistes

jeudi, 15 décembre 2005

La politesse ou la police

Les sociétés moins policées sont nécessairement plus policières. La répression remplace l’inhibition.

11:19 Publié dans Civilisation | Lien permanent | Tags : sentences

jeudi, 10 novembre 2005

L'autre clandestinité

La France d’aujourd’hui nous invite à renouer avec l’esprit de clandestinité, à retrouver le peuple de l’ombre, à redécouvrir de vieilles liaisons secrètes.

17:10 Publié dans Civilisation | Lien permanent

lundi, 07 novembre 2005

La barbarie vue par la sociologie

Violence en bande, viol collectif, destruction par le feu : on a toujours appelé cela barbarie. En langage de sociologue, on appelle cela misère et mal de vivre.

17:35 Publié dans Civilisation | Lien permanent | Tags : nihilisme

samedi, 05 novembre 2005

Sous l'oeil des nouveaux barbares

Décadence et barbarie voisinent toujours, non parce qu’elles se ressemblent, mais parce qu’elles s’attirent comme deux personnes de sexes opposés.

11:00 Publié dans Civilisation | Lien permanent | Tags : sentences

vendredi, 28 octobre 2005

La Révolution ou la mort du bel esprit

La Révolution française qui fut -peut-être- politiquement nécessaire, socialement inévitable, a été culturellement un désastre. En répandant partout, en France puis dans l'Europe entière, un nouvel esprit, elle a ruiné l’ancien. Il faut mesurer ce qui a été perdu : le naturel de la noblesse, la liberté de la dispute, l’intelligence des salons. Sous ces différents rapports, la Restauration fut même pire que la République ou l'Empire : les romans de Stendhal et de Balzac en portent témoignage. Ce qu’il faut donc regretter, ce n’est pas la monarchie, mais l’esprit d’Ancien Régime - perdu à jamais.

10:30 Publié dans Civilisation | Lien permanent