Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 12 janvier 2021

Bacon entre fascination et répulsion

Francis Bacon est le peintre de la métamorphose, de la mutation des corps, de la transmutation des visages. De figurative, sa peinture se fait défigurative ou transfigurative. Ni surréaliste ni hyperréaliste, elle représente généralement un être décharné selon une manière qui tient parfois de la radiographie, mais qui, le plus souvent, se situe entre l’anatomie et le dépeçage. En définitive, le monde selon Bacon est plus près de l'abattoir que du laboratoire, aussi effrayant parfois que la réalité de l’équarrissage, même si l'on n'y voit que des corps humains et non des carcasses d'animaux. Il touche par là au monstrueux plus qu’au merveilleux, à l’horrifique plus qu’au fantastique, et le spectateur indulgent cherche à en être fasciné, pour ne pas en être effrayé ou simplement dégoûté.

01:01 Publié dans Beaux-arts | Lien permanent