Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 août 2016

Céline épistolier

Dans ses Lettres à la N.R.F., Céline se montre tour à tour plaintif, mordant, truculent, injurieux, grossier, pénétré de son importance et vénal. Sans doute est-il ingrat et même injuste à l’égard de Gaston Gallimard en raison de son impatience et de sa manie de la persécution ; mais il est drôle à force d’outrance, jusqu’à faire oublier ses évidentes mesquineries, et même inventif dans ses injures ou ses formules imagées, en dépit de ses obsessions biologisantes et de ses dérapages récurrents. Pour le lecteur qui laisse de côté ses pudeurs de jeune fille, la réjouissance l’emporte sur la consternation.

23:09 Publié dans Lettres | Lien permanent